Génocide à Gaza : Isarël exécute et mutile chaque jour des civils, des bébés et enfants, avec l'aide des armes françaises de Thalès et Safran

En france, des entreprises font du fric sans scrupule avec Israël, en se moquant (ou en approuvant ?) du génocide commis par l’Etat d’Israël à Gaza. Les tueries et mutilations de civils, d’enfants souvent, ça rapporte.
L’Etat-capitalisme engendre la guerre et le colonialisme, ça seule valeur « morale » sont l’argent et le pouvoir, son seul développement durable est celui de l’abjection et de la destruction.
Les complices et pousses aux crimes sont aussi ici en france, ils éructent librement tous les jours dans de nombreux médias dominants leur haine extrême-droitisée des palestiniens et de leurs soutiens.

Ce we du 17-18 février, des appels ont été lancés pour des actions contre Carrefour (voir en fin d’article).


Génocide à Gaza : Isarël exécute et mutile chaque jour des civils, des bébés et enfants, avec l’aide des armes françaises de Thalès et Safran

L’ÉTAT FRANÇAIS MENACE D’EXPULSER UNE FAMILLE PALESTINIENNE VERS GAZA

Ce pays est fou. Après que les autorités françaises aient interdit les manifestations de solidarité avec le peuple palestinien et traqué toute parole qui contestait la propagande de guerre israélienne, apporté son soutien inconditionnel à un régime génocidaire, fourni des armes et financé l’un des pires massacres de l’histoire contemporaine, elles souhaitent expulser une famille palestinienne qui vit à Rennes vers la bande de Gaza, devenue un véritable tombeau à ciel ouvert.
C’est par voie de presse, dans un article de Ouest-France du 5 février, qu’on apprend que la préfecture d’Ille-et-Vilaine ne s’opposait pas à l’expulsion de Shaden et Ibrahim Awad ainsi que leurs 3 enfants.
L’enclave palestinienne a littéralement été rasée par les bombardements de l’armée coloniale israélienne. Plusieurs dizaines de milliers de palestiniens ont été tués depuis le 7 octobre, d’autres sont encore ensevelis sous les décombres. Deux millions de personnes ont…

La suite est à lire sur: ricochets.cc
Auteur: