Haïti : un « séisme commémoratif » en hommage aux victimes de la catastrophe de 2010

Le quotidien des Haïtiens est sans cesse confronté à des crises politiques, économiques et sécuritaires. Parmi tous ces risques, des séismes surviennent régulièrement. Souvent meurtriers, ils provoquent l’effroi et laissent la population démunie.

Depuis 2021, un groupe de chercheurs haïtiens et français travaille sur le risque sismique en Haïti dans le cadre du projet ANR Osmose. Sismologues, géologues, mais aussi géographes, anthropologues et philosophes : de façon multidisciplinaire, ils distribuent à travers tout le pays de petits sismomètres, ces appareils qui enregistrent et mesurent les tremblements de terre, à des habitants qui, bénévolement, les accueillent chez eux. Cette démarche dite de « science participative » permet de faire des relevés précis des mouvements de la terre, immédiatement mis en ligne sur un site Internet, mais aussi d’impliquer les hébergeurs (baptisés « sismo-citoyens ») dans la démarche de recherche.

Alors qu’on ne peut encore prédire les séismes, l’accueil des sismomètres pourrait paraître superfétatoire. Pourtant, pour les sismo-citoyens, participer à un projet dont les résultats peuvent paraître lointains (des articles académiques dans des revues scientifiques) prend tout son sens.

Leur motivation est grande, leur fierté réelle, et ils démontrent sans cesse un grand intérêt à participer au projet. Chaque vibration du sol ressentie est « vérifiée » en ligne par l’hébergeur, pour voir si le sismomètre a bien fait son travail et mesuré la taille de l’évènement. Quand cela dysfonctionne, les scientifiques sont appelés. Quand ces derniers viennent visiter les dispositifs, pour les réparer par exemple, ils sont toujours bien reçus. Un groupe de discussion sur la plate-forme WhatsApp voit les hébergeurs échanger, se questionner, ou interpeller directement les sismologues quand une interrogation se présente.

Un signal symbolique pour commémorer le…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Alice Corbet, Anthropologue, LAM, Centre national de la recherche scientifique (CNRS)