Hommage à Renée Gailhoustet, architecte-urbaniste humaniste et écologique …

L’architecte et urbaniste Renée Gailhoustet vient de décéder à l’âge de 93 ans. Dés le début des années 60, avec son confrère Jean Renaudie, elle a construit très dense, et pas cher, des logements agréables à vivre, offrant une alternative aux barres et tours de logement social. Femme résolument engagée dans la vie de la cité, elle vivait dans l’une de ses réalisations au centre-ville d’Ivry-sur-Seine …

Renée  Gailhoustet a ainsi passé une quarantaine d’années à mettre en forme et à exprimer son engagement social par le biais d’une vision forte et ambitieuse du logement collectif. Ses immeubles emboîtent passages et terrasses, mêlent béton brut et végétal. L’innovation n’est pas seulement formelle, elle est aussi fonctionnelle. Commerces, bureaux, logements et équipements publics doivent coexister harmonieusement. En témoigne ce documentaire vidéo de 23′ réalisé en 1996

Son architecture, d’une grande diversité formelle, s’est attachée à offrir aux logements (majoritairement sociaux) des terrasses privatives et des volumes originaux où les lumières et les transparences concordent pour offrir aux habitants de nouvelles expériences de vie dans des bâtiments collectifs. Son urbanisme organise des ensembles mixtes fonctionnellement et socialement où la libre circulation des piétons assure l’équilibre et la cohérence d’ensemble. L’intégration de la végétation par les terrasses privatives des logements à tous les étages confirme la contemporanéité de son architecture profondément humaniste et écologique.

Voir ci-dessous l’interview de Renée Gailhoustet en avril 2018. Elle était alors la marraine de la promotion 2018 des architectes inscrits à l’Ordre des architectes d’Ile-de-France (vidéo de 3’26« )


Publié le 07.01.2023

« Femme résolument engagée dans la vie de la cité, Renée Gailhoustet aura choisi l’architecture pour matérialiser dans l’espace ses idées et ses convictions.

 Avec pour souci de contribuer à la réflexion sur la qualité du logement dans la France productiviste des Trente Glorieuses, elle fut l’une des premières femmes à exercer le métier d’architecte en son nom propre, en concevant et en construisant d’ambitieux projets dans la périphérie de Paris. D’abord accompagnée de Jean Renaudie, puis seule, elle a mené une réflexion exigeante et prolifique sur l’individualisation de l’habitat…

La suite est à lire sur: www.prendreparti.com
Auteur: Claude Morizur