Indicateurs précoces de la démence : 5 changements de comportement à surveiller après 50 ans

On relie souvent la démence à des troubles de la mémoire, notamment lorsqu’une personne âgée pose les mêmes questions ou égare des objets. En réalité, les individus atteints de démence présentent non seulement des problèmes dans d’autres domaines de la cognition, comme l’apprentissage, la réflexion, la compréhension et le jugement, mais aussi des changements de comportement.

Il est important de comprendre ce qu’est la démence et comment elle se manifeste. Je n’imaginais pas que les comportements étranges de ma grand-mère étaient le signe avant-coureur d’une maladie bien plus grave.

Elle devenait facilement agitée si elle ne parvenait pas à accomplir des tâches telles que la cuisine ou la pâtisserie. Elle prétendait voir une femme dans la maison, alors qu’en réalité, il n’y avait personne. Elle se méfiait également des autres et cachait des objets dans des endroits bizarres.

Ces comportements ont persisté pendant un certain temps avant qu’un diagnostic de démence ne soit posé.

Troubles cognitifs et comportementaux

Lorsque les changements cognitifs et comportementaux interfèrent avec l’autonomie fonctionnelle d’un individu, celui-ci est considéré comme atteint de démence. En revanche, si ces changements n’entravent pas l’indépendance d’une personne, mais qu’ils affectent néanmoins ses relations et son rendement au travail, on parle respectivement de troubles cognitifs légers (TCL) et de trouble du comportement léger.

Les troubles légers cognitifs et comportementaux peuvent se produire ensemble, mais chez un tiers des personnes qui développent une démence de type Alzheimer, les symptômes associés au comportement surgissent avant le déclin cognitif.

Il peut être utile de repérer ces changements de comportement, qui apparaissent plus tard dans la vie (50 ans et plus) et marquent un changement persistant par rapport à des habitudes bien ancrées, afin de mettre en œuvre des…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Daniella Vellone, Medical Science and Imaging PhD Candidate, University of Calgary