Insécurité dans les campagnes : l’affrontement de deux mondes ?

Dans la nuit du 18 au 19 novembre 2023 le meurtre de Thomas a laissé la France sous le choc. Le jeune homme de 16 ans a été poignardé lors d’une fête de village à Crépol, un petit village d’un peu plus de 500 habitants dans la Drôme.

Pour beaucoup, les campagnes semblaient exemptes de ces formes de violence. Or ce meurtre relance de nombreuses questions à la fois sur l’insécurité en milieu rural, sur l’opposition entre jeunes ruraux et jeunes urbains et semble – en définitive – cristalliser des tensions politiques et sociales. Derrière la question des violences dans ces territoires refont surface des tensions vis-à-vis de la polémique du racisme anti-blanc et des tiraillements « civilisationnels ».



Des violences avant tout intrafamiliales

La question de l’insécurité au sein des espaces ruraux est centrale et difficile à éclaircir avec les chiffres mis à disposition par le gouvernement. Les rapports annuels sur l’insécurité et la délinquance ne permettent pas bien de distinguer rural et urbain.

Les zones de gendarmerie (en opposition avec les « zones de police ») représentent la moitié de la population française dont les deux tiers sont urbains ou périurbains. D’autre part, il faut noter que ces chiffres doivent être considérés à l’aune de l’évolution de notre rapport au délit comme c’est notamment le cas avec le phénomène des violences sexistes et sexuelles avec l’ouverture de la parole et le travail de sensibilisation qui font que les victimes expriment plus facilement qu’avant ces violences.

Nous pouvons toutefois tirer de ces rapports l’augmentation de plusieurs types de délits dans les communes à faible densité de population. Les villes – c’est-à-dire les zones à forte ou très forte densité de population – bien qu’hétérogènes se distinguent vis-à-vis de la criminalité et notamment de la violence en campagne. Entre 2016 et 2022, les homicides ont…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Clément Reversé, Sociologie de la jeunesse, sociologie des espaces ruraux, Université de Bordeaux