Interdire les armes nucléaires

51e vigie citoyenne mensuelle pour la reconversion du site CEA-Valduc. Communiqué de presse du Collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires

Interdire les armes nucléaires

Le 18 avril 2024, 22 lanceuses et lanceurs d’alerte ont déployé des banderoles à Dijon et à Moloy, près du site du CEA de Valduc (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives) qui assure la maintenance et la modernisation d’environ 300 armes nucléaires françaises.

Ils demandent :

  • l’adhésion de la France au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN), devenu depuis le 22 janvier 2021 la norme du droit international,
  • le respect par la France de l’art. 6 du Traité de non-prolifération (TNP) auquel elle a adhéré en 1992 et dont elle viole l’esprit et la lettre,
  • vérité et justice pour toutes les victimes des essais nucléaires français (Sahara, Polynésie, métropole), – et à terme, la reconversion à des activités pacifiques des sites CEADAM, dont celui de Valduc.

    à Dijon

PNG - 156.7 ko

et à Moloy

Tous ces États qui refusent l’arme nucléaire…

L’immense majorité des États de la planète refuse ou a interdit les armes nucléaires :

  • Les États des six zones exemptes d’armes nucléaires (ZEAN : Antarctique, Amérique latine et Caraïbes, Pacifique Sud, Asie du Sud-Est, Asie centrale, Afrique),
  • Les États ayant renoncé aux armes nucléaires alors qu’ils en disposaient ou pouvaient en disposer (Suède en 1968, Suisse en 1969, Afrique du Sud en 1991, Argentine en 1995, Brésil en 1998),
  • Les États ayant renoncé aux armes nucléaires avant l’existence du TIAN (Nouvelle-Zélande et Mongolie),
  • Les États ayant adhéré au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN : 122 promesses de signatures en 2017, 93 signatures effectives et 70 ratifications à la date du 15 janvier 2024).

Certes on ne peut pas « désinventer » la bombe, mais tous ces pays ont…

La suite est à lire sur: dijoncter.info
Auteur: