Interview de Myriam Congoste, autrice du Vol et la Morale

Myriam Congoste a été infirmière en hôpital psychiatrique, puis anthropologue. Elle vit à Bordeaux. En 2012, elle fait paraître sa thèse aux éditions Anarchasis : Le Vol et la morale. L’ordinaire d’un voleur, préfacé par Éric Chauvier. Elle relate sa relation avec Youchka, un voleur, cambrioleur, receleur de voitures, qui ne s’est encore jamais fait prendre ni condamner. Ils partagent le même quartier qu’elle connaît bien pour en être originaire, Bacalan. Myriam Congoste l’accompagne dans son quotidien, même lorsque le pitbull de Youchka qui le protège la terrifie, même lorsqu’il s’agit de faire passer de l’or issu d’un casse jusqu’en Thaïlande pour le faire fondre et le transformer en chaîne à grains de café, en médaille, en bagues, etc. En évitant les habituels écueils et stéréotypes concernant la délinquance et la pègre, en apportant une dimension historique rarement transmise sur Bordeaux et ses quartiers périphériques, et en donnant la parole à une marge qui d’habitude n’existe que lorsqu’elle est défaite et repentie, Myriam Congoste nous a donné envie de lui poser quelques questions afin qu’elle nous présente son travail.

Bonjour Myriam Congoste. Tout d’abord, pouvez-vous présenter, avec vos mots, votre livre ?

Alors, ce livre, je l’ai écrit à l’issue d’un travail qui questionnait la limite et les limites d’un quartier de Bordeaux, le quartier de Bacalan. J’avais été amenée à travailler un type de vol qui s’appelait « la gratte » sur les quais. Suite à cette recherche en anthropologie, je m’étais posée la question de savoir si j’avais fait le tour de la question concernant le vol. Je me suis lancée dans ce projet de recherche de thèse d’anthropologie avec l’idée de travailler sur l’acte de vol qui se pratiquait aussi à Bacalan puisque c’était un quartier très cosmopolite, un quartier portuaire. Il y avait tout types de population, y compris des…

La suite est à lire sur: lagrappe.info
Auteur: