Israël frappe au Liban : vers une escalade mondiale ?


Quelques éléments pour comprendre la gravité du moment


En ce deuxième jour de l’année 2024, la situation mondiale ne cesse d’empirer. En début de soirée, Israël a frappé Beyrouth, capitale du Liban, pour la première fois depuis 2006.

Un drone israélien a fait exploser tout un périmètre situé dans la banlieue sud de Beyrouth, connu pour être un fief du Hezbollah, mouvement armé libanais, et du Hamas. C’est aussi un quartier densément peuplé de civils.

Au moins 6 personnes ont été tuées dans cette frappe, dont Saleh el-Arouri, un dirigeant du Hamas. L’explosion a également détruit les voitures et mis le feu à des bâtiments. Saleh el-Arouri était l’un des principaux négociateurs du dossier de la libération des otages détenus par le Hamas.

Israël vient donc de bombarder la capitale d’un pays voisin qui n’est pas en guerre, et qui respecte depuis 3 mois les injonctions occidentales à ne pas entrer dans le conflit. Il s’agit donc d’une agression militaire et de terrorisme d’État sur le sol d’un pays non belligérant.

Vous ne saisissez pas la gravité de la situation ? Imaginez qu’un État arabe revendique une frappe militaire sur Tel Aviv pour tuer des hauts gradés israéliens : cela provoquerait l’intervention immédiate des États occidentaux et une guerre mondiale. Voilà la provocation israélienne. Par cet acte, l’État colonial cherche visiblement un embrasement de toute la région, voire une guerre engageant des troupes de nombreux pays du monde.

Le Hezbollah et l’État libanais sont restés globalement passifs depuis le 7 octobre, mais avaient prévenu qu’une attaque sur leur sol serait une ligne rouge à ne pas franchir. C’est chose faite. Et cela s’ajoute aux tirs répétés d’Israël sur la frontière libanaise.

Depuis octobre, plus de 150 personnes ont été tuées par Israël le long de la frontière libanaise, dont plus d’une douzaine de civils, parmi lesquels trois…

La suite est à lire sur: contre-attaque.net
Auteur: B