Juifs/Arabes : le "deux poids deux mesures" de la France — Jérôme HENRIQUES

En affirmant son « soutien inconditionnel à Israël », trois jours seulement après l’attaque du Hamas, la présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet (4ème personnage de l’État et figure de la Macronie) avait donné le ton. Celui d’un refus d’objectivité dans la façon de considérer ce qui allait suivre, à savoir la réponse d’Israël face à l’attaque du Hamas ; une réponse qui, comme le laissait entrevoir les déclarations (et la personnalité même) de Benyamin Netanyahou, allait se matérialiser par des frappes aveugles et indiscriminées dans la bande de Gaza. Et comme si cela ne suffisait pas, la même présidente Braun-Pivet s’était rendue en Israël 12 jours plus tard (soit le 22 novembre), en présence du très islamophobe Eric Ciotti et du très israëlophile (et proche de Netanyahou) Meyer Habib.

Un « soutien inconditionnel » partagé par une grande partie de la classe politique (LREM, LR, RN) et appuyée par les grands médias (BFM, CNEWS), lesquels rappellent en boucle depuis le 7 octobre les crimes commis par le Hamas (1 200 victimes civiles) et le « droit d’Israël de se défendre ». Et ce, malgré tout ce qu’il s’est passé depuis : malgré la postériorité de la riposte (qui ressemble plus à une vengeance qu’à une légitime défense), malgré les déclarations tonitruantes de Netanyahou et autres dirigeants israéliens (évoquant Gaza comme « cité du mal », suggérant de « raser la zone » …), et surtout, malgré les crimes de guerre commis par Israël (reconnus par l’ONU et de nombreuses ONG) et la catastrophe humanitaire à Gaza (plus de 14.000 victimes civiles à ce jour).

Pour contrecarrer ces faits sordides (et canaliser l’opinion publique dans la bonne direction), on allume des contre-feux. On revient à l’actualité française et on claironne sur l’antisémitisme. Ainsi en est-il des quelques (prétendus) 1 500 actes antisémites recensés sur la plate-forme Pharos (dont BFM et CNEWS font…

La suite est à lire sur: www.legrandsoir.info
Auteur: Jérôme HENRIQUES