La Chine en ligne de mire — Bruno GUIGUE

Le 9 novembre, à Toulon, le régime macronien a présenté sa nouvelle “ revue stratégique nationale ”.

Fidèle à son maître, il a désigné la terrible menace qui plane sur nos têtes.
Ce péril mortel, quel est-il ? C’est la Chine, bien sûr, ce pays assoiffé de richesses qui jette sournoisement ses tentacules sur la planète entière et conspire avec la Russie pour dominer le monde.

Les navires français croisent dans le détroit de Taïwan quand aucun navire chinois ne croise au large de nos côtes. Mais peu importe : la Chine est dangereuse puisqu’on vous le dit.

Voici quelques extraits commentés de cette “ revue stratégique nationale ” qui, malheureusement, fixe la doctrine officielle de la France en matière de défense :

– « L’objectif du Parti communiste chinois (PCC) et de l’Armée Populaire de Libération (APL) reste de supplanter les États-Unis comme première puissance mondiale ».

Impardonnable, en effet. Comment la Chine ne chante-t-elle pas les louanges du leader éclairé du monde libre ? Au lieu de poursuivre sa montée en puissance, elle devrait renoncer à ses propres succès pour laisser à l’Oncle Sam, ce bienfaiteur de l’humanité, le leadership qui lui revient de droit.

– « La modernisation de l’appareil militaire chinois se poursuit et permet à l’APL d’appuyer une stratégie de plus en plus affirmée, y compris sur le plan militaire, que ce soit dans la région indo-Pacifique, en particulier s’agissant du statu quo dans le détroit de Taïwan, mais aussi dans les autres régions du monde où sa diplomatie lui crée des clientèles, notamment en Afrique ».

La Chine a peut-être des clientèles en Afrique, mais la France a surtout des ex-colonies qui ne peuvent plus la voir en peinture. Certes, la disparition programmée du néocolonialisme français a un goût amer pour ceux qui se croyaient co-propriétaires du continent africain. Mais il va falloir s’y faire, et ce ne sont pas ces récriminations de cocu qui vont changer le cours de l’histoire.

– « Le régime chinois considère la puissance américaine et le modèle occidental en déclin. Il estime que le leadership occidental sur l’ordre international est fragilisé et qu’il peut l’affaiblir encore davantage en mettant à profit son influence nouvelle ».

Plutôt d’accord. Mais au vu des dégâts causés par l’hégémonisme occidental, c’est une bonne nouvelle.

– « Cette remise en cause irrigue les domaines politique (propagande sur le déclin de l’Occident), économique et technologique (prédation,…

La suite est à lire sur: www.legrandsoir.info
Auteur: Bruno GUIGUE Le grand soir