La CIA a inventé le mythe du « génocide ouïghour »

Le 14 mars, Reuters a publié un rapport qui fait l’effet d’une bombe (bombshell report : en 2019, la Maison Blanche de Donald Trump a lancé une campagne d’influence clandestine de la CIA pour salir la réputation internationale de la Chine.

Par Patrick Macfarlane*

Selon trois anciens responsables américains ayant une connaissance directe, « la CIA a créé une petite équipe d’agents qui ont utilisé de fausses identités sur Internet pour diffuser des récits négatifs sur le gouvernement de Xi Jinping tout en divulguant des renseignements désobligeants à des organes de presse étrangers. » Les informations diffusées « ciblaient l’opinion publique » tant au niveau international qu’en Chine même. En plus d’influencer l’opinion publique, la campagne a cherché à « attiser la paranoïa chez les hauts dirigeants [chinois] » qui tentaient de retracer les informations divulguées.

Le rapport précise que les agents de la CIA ont « encouragé les allégations [de corruption] » contre des responsables du gouvernement chinois et « dénoncé la corruption et le gaspillage de l’initiative chinoise de la ceinture et de la route« . Bien que ces efforts spécifiques aient été identifiés, les anciens responsables américains ont refusé de nommer d’autres récits qui ont été avancés.

Reuters n’a pas confirmé que la campagne s’est poursuivie sous la présidence de Joe Biden, mais deux « historiens du renseignement anonymes » ont déclaré à Reuters que de telles « conclusions présidentielles » restent souvent en place d’une administration à l’autre.

L’existence de cette campagne d’influence de la CIA est probable compte tenu du contexte historique plus large.

L’administration Trump a marqué l’accélération extrême de la nouvelle guerre froide des États-Unis contre la Chine. Cela a commencé lorsque le Pentagone a publié sa stratégie de défense nationale de 2018, qui a déclaré un recentrage du…

La suite est à lire sur: www.legrandsoir.info
Auteur: