La démocratie municipale est-elle en crise au Québec ? Enquête chez les élus des petites municipalités

La démission de plusieurs élus municipaux ces derniers temps a fait les manchettes. Depuis les dernières élections municipales au Québec en novembre 2021, ce sont plus de 70 maires et mairesses qui ont dû être remplacés, dont celle de Gatineau, France Bélisle, ainsi que la plus jeune d’entre eux, Isabelle Lessard, de Chapais. À cela s’ajoute le départ de plus de 700 élus municipaux.

Il est crucial d’interroger les raisons de ces départs et de replacer le rôle des élus municipaux dans leur contexte. On connaît peu leur réalité. Ils sont pourtant des acteurs névralgiques des territoires du Québec.

Nathalie Lewis et moi sommes professeurs à l’Université du Québec à Rimouski. Dans le cadre des recherches menées par le Groupe de recherche interdisciplinaire sur le développement régional de l’est du Québec (GRIDEQ), nous avons effectué deux études récemment, qui examinent la place des élus au sein de la gouvernance municipale dans le Bas-Saint-Laurent et en Matanie.

Ces études avancent des pistes afin de réfléchir au métier d’élu et à la présente crise de la démocratie municipale. Elles s’appuient sur deux sondages (avec respectivement 89 et 33 répondants) et des entretiens (auprès de 25 et 18 élus ou collaborateurs d’élus), qui ont permis de comprendre les réalités des municipalités de la région.

La mairesse de Gatineau, France Belisle, lors de la réunion des maires des grandes villes de la Fédération canadienne des municipalités, à Ottawa, le 5 décembre 2022. Sa démission en février 2024 provoquera une onde de choc dans le milieu municipal.
La Presse canadienne/Sean Kilpatrick

Des vents favorables et défavorables

Les élus municipaux ont fait leur retour sur la scène territoriale depuis les années 1980, avec la création des municipalités régionales de comté (MRC) et la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme en…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Yann Fournis, Professeur en science politique, Université du Québec à Rimouski (UQAR)