La France, nation sportive : quel rôle pour l’école ?

Si la France obtient de bons résultats dans les compétitions de haut niveau, peut-on la qualifier de nation de sport ? L’école a-t-elle les moyens d’y poser les bases d’une réelle culture sportive ?


Décrétée « Grande cause nationale » en France, la promotion de l’activité physique et sportive s’inscrit plus largement dans l’idée de « faire Nation par le sport ». Selon le site britannique « Greatest Sporting Nation », en prenant en compte les résultats lors de grandes compétitions internationales dans 75 disciplines, la France se classait en 2023 en deuxième position des « nations sportives ».

Cependant, si l’Hexagone se distingue dans le sport de haut niveau, qu’en est-il de l’accessibilité à tous et à toutes des différentes disciplines ? Certains champions olympiques, tels que Teddy Riner ou encore Florent Manaudou, ont déclaré que « la France n’est pas un pays de sport ». Ils pointent notamment le manque de reconnaissance dont bénéficie la culture sportive et jugent insuffisant le nombre d’heures de cours d’Éducation physique et sportive (EPS).



Comment définir alors une Nation sportive ? Évaluer la culture du sport d’un pays par ses résultats dans les compétitions de haut niveau semble réducteur. La notion de culture est bien plus large et renvoie à un ensemble de normes et de valeurs partagées par une population – dans tous les secteurs de la vie sociale, et notamment à l’école.

La fin d’un modèle centré sur la compétition ?

Historiquement, la France figure à la cinquième place des nations les plus médaillées aux Jeux olympiques. Comparativement à sa population totale, elle a un ratio très élevé en termes de résultats sportifs et de médailles au niveau international.

Les politiques sportives en France se sont construites en référence au modèle de la pyramide coubertinienne, consistant à élargir la masse de pratiquants dans le but de…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Guillaume Dietsch, Enseignant en STAPS, Agrégé d’EPS, UFR SESS-STAPS, Université Paris-Est Créteil, Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC)