La Grotte Cosquer, un des derniers vestiges paléolithiques sous-marins, est menacée par la montée des eaux

Le niveau de la mer dépend du climat et n’a pas toujours été le même. « À l’époque, on était en pleine glaciation, le niveau de la mer se trouvait 135 mètres plus bas et le littoral 10 km plus loin », livre l’archéologue Michel Olive, chargé de l’étude de la grotte au service régional de l’archéologie (DRAC).

« L’entrée de la grotte, légèrement en hauteur et exposée plein sud, faisait face à une vaste plaine couverte de graminées et protégée par les falaises, un lieu extrêmement favorable pour l’homme préhistorique », dit-il.

Mains peintes dans la grotte Cosquer

Les mains des premiers occupants de la grotte Cosquer, il y a des dizaines de milliers d’années

La grotte fut définitivement abandonnée à la fin de la glaciation il y a environ 10 000 ans, quand la forte remontée du niveau marin finit par engloutir son accès. « La Terre connaît depuis des millénaires un réchauffement climatique et naturel issu des cycles astronomiques et climatiques » indique Gabriel Beraha.

Bien que de nombreuses énigmes planent encore et questionnent les archéologues, la grotte Cosquer pourrait les enfouir à jamais en seulement quelques décennies. Si on part du principe que les surfaces actuellement immergées étaient aussi peintes et gravées, les œuvres observées à Cosquer ne sont que le reliquat d’un corpus pariétal autrefois bien plus étendu.

Vue d'ensemble de la grotte CosquerVue d'ensemble de la grotte Cosquer

Vue générale du puits avec draperie des mains noires et mains noires sur la paroi. © MCC DRAC/SRA PACA – Michel Olive.

Le réchauffement climatique couplé à la pollution marine menace cet art pariétal. C’est en 2011 que l’archéologue Luc Vanrell alarme d’une montée de la mer brutale équivalente à 12 cm, et qui continue de progresser de quelques millimètres chaque année.

« Aujourd’hui, on est dans une phase où l’activité humaine a une incidence grave sur la montée des eaux, notamment à cause de la fonte des glaces terrestres, qui…

La suite est à lire sur: lareleveetlapeste.fr
Auteur: Chloe Droulez