La matière fécale des cétacés est cruciale pour fertiliser les océans

Des nutriments qui diffèrent selon les écosystèmes

Il est connu que la matière fécale des grandes baleines fertilise les océans en nutriments, stimulant ainsi le phytoplancton et la productivité des écosystèmes.

Mais cette connaissance était jusqu’ici limitée à quelques espèces, nutriments et écosystèmes, c’est pourquoi les chercheurs se sont penchés sur les rôles de communautés de cétacés dans le recyclage écologique mondial de deux nutriments majeurs (azote et phosphore) et de six oligo-éléments (fer, cuivre, manganèse, sélénium, zinc et cobalt).

Le cocktail de nutriments libérés varie en quantité et en qualité, en fonction des zones géographiques et de la composition des communautés de cétacés. L’étude a donc été réalisée dans 14 zones autour du globe, sur 38 espèces différentes de cétacés.

Lola Gilbert, doctorante au Centre d’études biologiques de Chizé (CEBC – CNRS/La Rochelle Université), développe : « L’azote joue un rôle important dans les zones tempérées et tropicales, tandis que dans les zones australes, c’est le fer qui prédomine. Selon l’engrais qu’on met dans son jardin, on n’a pas les mêmes plantes qui poussent. Pour l’océan, c’est pareil, ce que produit l’écosystème dépend du cocktail de nutriments dont il dispose. Et ce dernier varie selon plusieurs facteurs. »

 Les chercheurs se sont ainsi penchés sur les concentrations en nutriments des proies, les régimes alimentaires, et les paramètres métaboliques des cétacés.

Les déjections des communautés de cétacés dépendent de la productivité des écosystèmes

Les résultats de l’étude révèlent que les communautés de cétacés rejettent beaucoup plus de nutriments par l’intermédiaire de leurs déjections dans les latitudes tempérées productives que dans les latitudes tropicales pauvres.

Ces conclusions mettent…

La suite est à lire sur: lareleveetlapeste.fr
Auteur: Maïté Debove