La planification écologique, victime inévitable des arbitrages budgétaires ?

L’agence météorologique des Nations unies a récemment émis une alerte rouge à la suite des températures record de 2023. Malgré ce nouvel avertissement, un parmi tant d’autres, la planification écologique annoncée par Emmanuel Macron, en mai 2022 puis institutionnalisée sous la forme du Secrétariat général à la planification écologique (SGPE) rattaché à Matignon ne fait désormais les titres de la presse que pour y être décrite comme reléguée au second plan, peinant à trouver une substance et un portage politique. Le SGPE ne parviendrait pas à trouver sa place et à imposer son cap, pris en étau dans les arbitrages ministériels entre des impératifs budgétaires, un contexte inflationniste, et autres pressions liées par exemple à la crise agricole. Cela semble donner de plus en plus en raison à celles et ceux qui y voyaient surtout un chiffon vert masquant les failles de l’action écologique du gouvernement.

Ce sont même des reculs que l’on a pu observer ces dernières semaines : coupe de 2,2 milliards d’euros sur le budget de la transition écologique qui augmentera donc moins que prévu, « simplification » des normes environnementales (sur les haies et les zones humides notamment), accommodement du plan Ecophyto, leasing social sur les véhicules électriques stoppé, loi de programmation énergie et climat sans cesse reportée… Les fronts de conflit ouverts sur les modalités de la transition écologique sont par ailleurs plus que jamais vifs : le mouvement des agriculteurs bien sûr, mais aussi les contestations de la mine de lithium dans l’Allier, les oppositions aux ZFE, au nouveau nucléaire…

À quelles conditions la planification écologique est-elle donc réalisable ? Quels prérequis pour que la transition soit « gouvernable » ? Telles sont les questions que nous explorons dans nos travaux de thèse. Nous y soulignons notamment l’interdépendance entre la planification, les…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Claire Lejeune, Doctorante en théorie politique sur la planification écologique et les politiques climatiques, Sciences Po