La pornographie générée par l’IA perturbera l’industrie du sexe et soulèvera de nouvelles préoccupations éthiques

L’intelligence articielle (IA) transforme déjà de nombreuses industries, de la médecine et l’éducation à la science et la finance. L’IA s’apprête à perturber un autre marché : la pornographie.

Les avancées en matière d’apprentissage automatique et d’algorithmes d’IA pour la production d’images et de vidéos ont contribué à la croissance des sites de pornographie générée par l’IA.

La production massive de pornographie IA pose de notables implications éthiques et sociales. Cela peut permettre une quantité incomparable de stimuli sexuels personnalisables adaptés aux préférences des utilisateurs, tout en réduisant considérablement les coûts de production.

D’une part, ces nouveaux outils permettent aux créateurs de contenu de produire du contenu érotique diversifié en offrant un accès généralisé à des stimuli sexuels personnalisés répondant aux besoins et désirs des individus, améliorant ainsi leur vie sexuelle et leur bien-être.

D’autre part, ces derniers peuvent mener à une surconsommation problématique de pornographie, la propagation de deepfakes et la production de contenu illégal tel que la pornographie juvénile.

La pornographie générée par l’IA a également des implications en matière de travail, et pourrait créer des problèmes de droits d’auteur ainsi qu’avoir un impact sur les emplois des travailleurs du sexe et des créateurs de contenu pour adultes.

Il est probable que l’impact de la pornographie générée par l’IA soit plus nuancé : certains utilisateurs en bénéficieront, tandis que d’autres pourraient en subir les conséquences. Cependant, le rythme des développements technologiques laisse peu de temps pour planifier et étudier comment intégrer harmonieusement cette nouvelle technologie dans nos vies. Comme dans de nombreux autres secteurs, nous ne sommes pas prêts pour la pornographie générée par l’IA.

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Valerie A. Lapointe, PhD candidate in psychology, Université du Québec à Montréal (UQAM)