La stratégie de Jean-Luc Mélenchon une nouvelle fois sur la sellette

Une journaliste placée sous protection policière après la publication d’une personnalité politique sur un réseau social. Un pas de plus dans la violence verbale, au risque de la violence physique ? « Ruth Elkrief. Manipulatrice. Si on n’injurie pas les musulmans, cette fanatique s’indigne. Quelle honte ! (…) Elkrief réduit toute la vie politique à son mépris des musulmans », a écrit Jean-Luc Mélenchon sur X (ex-Twitter).

Une nouvelle fois, le fondateur de La France insoumise se retrouve sur la sellette, après la polémique autour de son refus de qualifier le Hamas d’organisation terroriste. Une nouvelle fois, la question est soulevée : perte de contrôle personnelle ou stratégie délibérée ?

Haros sur les médias

« Ruth Elkrief est allée trop loin en lançant de fausses accusations à notre encontre sur un plateau de télévision, défend le député LFI Aurélien Saintoul. Critiquer son attitude professionnelle est légitime, comme pour n’importe quel journaliste, et parler d’antisémitisme à ce propos est odieux. C’est une espèce de chantage insupportable. »

À l’origine de l’échange tendu avec Ruth Elkrief, Manuel Bompard, député et coordinateur national de La France insoumise, a profité de l’actualité du classement Pisa pour attaquer sur les réseaux sociaux les médias qui se livreraient à du « Mélenchon bashing ».

« Nous ne cesserons pas de critiquer le parti médiatique, deuxième peau du système, et le deux poids-deux mesures de ses chiens de garde. Que cela plaise ou non. C’est de la politique. Et il doit être possible d’en faire sans être accusé de mettre en danger ses adversaires. Sinon, ce n’est plus la démocratie », a renchéri sur le même réseau social le député LFI Adrien Quatennens. Une référence aux…

La suite est à lire sur: www.la-croix.com
Auteur: Laurent de Boissieu