Le dialogue post-coup d’État a tracé la voie vers la démocratie au Gabon : les militaires doivent maintenant agir

Fin avril 2024, un long et pacifique processus de dialogue national au Gabon entre la junte militaire, présidée par le chef du coup d’État le général Brice Oligui Nguema, et la société civile, représentée par 580 civils, s’est achevé.

Le dialogue national faisait suite au coup d’État d’août 2023 qui a destitué Ali Bongo Ondimba et mis fin à 56 ans de pouvoir de la dynastie Bongo au Gabon.

Le général Nguema a mis en place un gouvernement de transition et le dialogue pour tracer la voie vers un régime démocratique.

À l’issue du dialogue, il a reçu un rapport contenant près d’un millier de propositions.

Le Gabon est maintenant entré dans une période où les promesses doivent céder la place à l’exécution. La mise en place d’un agenda doit être remplacée par la mise en œuvre d’une politique. Les actes doivent remplacer les paroles.

Pour l’instant, le chef du coup d’État jouit du statut de héros. Il n’y a pas eu d’opposition sérieuse à son annonce d’une transition de deux ans.

J’ai écrit ma thèse de doctorat sur l’État rentier au Gabon. Un État rentier pétrolier est un pays fortement dépendant des exportations de pétrole en pourcentage du PIB, des exportations ou des recettes publiques. En 2021, le secteur pétrolier représentait 80 % des exportations, 45 % du PIB et 60 % des recettes fiscales du Gabon.

Depuis lors, j’ai publié plusieurs ouvrages sur cette petite république d’Afrique centrale riche en pétrole, notamment les troisième et quatrième éditions du Dictionnaire historique du Gabon.

Si Nguema qui a renversé la dynastie Bongo a beaucoup de mérites, il risque de devenir le troisième dirigeant autoritaire du pays. Cependant, cette situation pourrait être évitée s’il parvient soit à transmettre le pouvoir à un civil, soit à générer une croissance économique significative, soit à nationaliser l’économie au profit des Gabonais.

Le rapport

Selon le rapport publié, à l’issue du…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Douglas Yates, Professor of Political Science , American Graduate School in Paris (AGS)