Le glyphosate réduit la biodiversité du sol et diminue la proportion d’espèces natives

C’est l’herbicide le plus utilisé au monde. C’est aussi un mot qui génère, dès qu’il est prononcé, d’intenses passions. Le glyphosate est utilisé en agriculture pour tuer les « mauvaises herbes », et ainsi limiter leurs effets négatifs sur les cultures. Ses effets sur l’homme et l’environnement restent eux sujets à débat dans la communauté scientifique. Dans la sphère politique, le récent renouvellement de son autorisation par l’UE a relancé les controverses.

Réduction de la diversité des invertébrés du sol dans les parcelles de bananes étudiées en fonction de la fréquence d’application du glyphosate.
Fourni par l’auteur

Un impact du glyphosate sur la biodiversité difficile à étudier in situ

On parle beaucoup des effets du glyphosate sur la santé, mais son impact sur les écosystèmes et la biodiversité reste peu étudié. Pourtant ceux-ci peuvent être préoccupants : notre étude récente menée en Martinique a ainsi permis de montrer une diminution de la biodiversité de 21 % en moyenne dans les parcelles de banane fréquemment traitées avec du glyphosate.


Mathieu Coulis, Fourni par l’auteur

Ce terrain est favorable à l’étude des conséquences du glyphosate sur la biodiversité car le climat tropical humide de la Martinique favorise la prolifération des mauvaises herbes dans les parcelles et beaucoup d’agriculteurs utilisent de ce fait le glyphosate dans leurs champs. Étudier l’effet du glyphosate in situ demeure cependant très compliqué car souvent un ensemble de pratiques agricoles et de paramètres environnementaux varient simultanément.

il demeure pourtant crucial de ne pas se contenter de recherches en laboratoire et de mener des études sur le terrain dans des conditions réelles d’utilisation pour mieux comprendre ces…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Mathieu Coulis, Docteur en écologie du sol, Cirad