Le grand déséquilibre de l’accès à l’escalade

Dans le gymnase scolaire du collège Sólveig-Anspach, à Montreuil, les adultes ont pris la place des élèves. Ce mercredi soir, comme trois soirs par semaine, les membres de l’association Escalade populaire montreuilloise (EPM) se retrouvent au pied des murs, chaussons aux pieds et baudrier à la taille. Ils sont une dizaine, mais l’association compte près de 160 adhérents. « Lorsque des personnes extérieures nous contactent, on les dirige vers les listes d’attente. Avec l’explosion de la pratique de l’escalade ces dernières années, on a une augmentation importante des demandes », pointe Adeline, grimpeuse depuis près de vingt ans.

Cette explosion de l’escalade, visible dans toute la France, n’épargne pas le département de la Seine-Saint-Denis, pourtant loin des falaises. Plusieurs acteurs sont concernés, chacun avec des objectifs distincts. Le territoire compte huit clubs affiliés à la Fédération française de la montagne et de l’escalade (FFME) ainsi que quatre salles privées qui ont ouvert durant les dix dernières années, sous trois enseignes distinctes : Arkose, Climb Up et Block Out. Enfin, l’Union nationale du sport scolaire (UNSS) compte 1 371 licenciés en escalade, ce qui en fait la huitième activité la plus pratiquée en son sein.


Sur le même sujet : L’utopie « concrète » du premier mur d’escalade en France

Des associations en marge du système fédéral défendent une visée populaire de ce sport, à l’image des dix associations affiliées à la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT), dont Escalade populaire montreuilloise. Mais l’augmentation des possibilités de pratique permet-elle la démocratisation et l’accessibilité d’un sport encore très codifié, marqué socialement ?…

La suite est à lire sur: www.politis.fr
Auteur: Malika Butzbach