Le groupe Wagner rebaptisé Africa Corps : quelles conséquences pour les opérations russes sur le continent ?

En août 2023, le dirigeant du Groupe Wagner, Evgueni Prigojine, a perdu la vie dans un accident de son jet privé environ une heure après son décollage à Moscou. Il était un acteur clé de la Russie en Afrique depuis l’entrée en scène du groupe Wagner sur le continent en 2017, connu pour le déploiement des forces de sécurité en Afrique.

Le groupe est réputé pour le déploiement des forces paramilitaires, les campagnes de désinformation et le des à dirigeants politiques influents avec un effet déstabilisateur. La mort de Prigojine survenue après sa sa rebellion avortée contre les commandants militaires russes deux mois plus tôt – a entraîné une réajustement des activités du groupe Wagner.

Qu’est-ce que cela signifie pour l’Afrique ? Les recherches d’Alessandro Arduino notamment ses travaux sur la cartographie de l’évolution des mercenaires et des sociétés militaires privées à travers l’Afrique apportent quelques réponses.

Quel est le statut actuel du groupe Wagner ?

Après la mort d’Evgueni Prigojine, les ministères russes des Affaires étrangères et de la Défense ont rapidement rassuré les États du Moyen-Orient et d’Afrique en leur disant qu’il n’y aurait pas de changement, ce qui signifie que les troupes russes non officielles sur le terrain continueraient à opérer dans ces régions.

Des rapports récents sur le groupe Wagner suggèrent qu’une transformation est en cours.

Les activités du groupe en Afrique sont désormais placées sous la supervision directe du ministère russe de la Défense.

Wagner commande une force estimée à 5 000 agents déployée dans toute l’Afrique, de la Libye au Soudan. Dans le cadre de cette transformation, le ministère de la Défense l’a rebaptisé Africa Corps.

Le choix du nom pourrait être une tentative de dissimuler ce qui est déjà largement connu depuis longtemps : les mercenaires russes en Afrique servent un seul maître : le Kremlin.

Néanmoins, en raison du lien…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Alessandro Arduino, Affiliate Lecturer, King’s College London