Le Mobiliscope : un outil libre sur les rythmes quotidiens des territoires

Le Mobiliscope est un outil de géovisualisation librement et gratuitement accessible en ligne qui permet d’explorer les rythmes quotidiens des territoires et leur mixité sociale. Quels sont les quartiers les plus attractifs d’une ville ? Qui fréquente tel quartier ? Quels modes de transports sont utilisés pour s’y rendre ? Quelle est l’ampleur de la ségrégation spatiale des cadres ? Des ouvriers ? À toutes ces questions, le Mobiliscope apporte des réponses qui peuvent varier selon les heures de la journée au gré des déplacements quotidiens des populations.

La ségrégation sociale (c’est-à-dire la séparation des groupes sociaux dans l’espace géographique) est bien documentée pour ce qui concerne l’espace résidentiel mais largement moins connue pour les espaces fréquentés la journée dans le cadre du travail, des études, des loisirs, etc. Le Mobiliscope permet ainsi de savoir si la mobilité quotidienne des individus conduit les groupes sociaux à se mélanger durant la journée ou si, au contraire, la ségrégation sociale augmente le jour par rapport à la nuit.

L’interface du Mobiliscope propose tout un ensemble de cartes et de graphiques interactifs pour suivre l’évolution de la population présente dans les territoires au cours des 24 heures de la journée selon le profil des individus, la nature de leurs activités et le mode de transport utilisé. Il permet ainsi d’étudier, au fil des heures, les changements de composition des quartiers et l’évolution de la ségrégation sociale.




Read more:
Marche, vélo : les gains sanitaires et économiques du développement des transports actifs en France


La ségrégation sociale varie en journée

Conçu et développé depuis 2017 au sein du laboratoire Géographie-cités avec le soutien de différents partenaires (principalement le CNRS, l’ANCT, l’Ined et le Cerema), cet outil d’abord centré sur l’Île-de-France, s’est progressivement enrichi de nouvelles villes.

La dernière version mise en ligne en avril 2022 regroupe 49 villes-régions françaises (10 000 communes), six canadiennes et trois latino-américaines. Les données sont issues de grandes enquêtes publiques sur les déplacements quotidiens produites entre 2009 pour les plus anciennes et 2019 pour les plus récentes. Ces enquêtes, représentatives de la population d’une ville et de sa périphérie (dont le périmètre est défini par les collectivités locales en charge de l’enquête), collectent des informations spatiales et temporelles précises sur tous les déplacements réalisés par les personnes enquêtées sur 24 heures un jour de semaine, sur les motifs et les modes de transport de chaque déplacement, ainsi que le lieu de résidence des personnes enquêtées et leurs caractéristiques individuelles telles que le sexe, l’âge, la profession et le niveau d’éducation.

Ces données sont transformées par l’équipe du Mobiliscope pour dénombrer et qualifier les populations présentes (âgées de 16 ans et plus) dans les différents territoires à chaque heure de la journée.

À l’origine du Mobiliscope, un travail de recherche sur l’Île-de-France montre que la ségrégation spatiale des classes sociales est moins forte au cours de la journée que pendant la nuit en raison des déplacements quotidiens et que la concentration spatiale des classes supérieures est – quelle que soit l’heure de la journée – plus élévée que celles des classes populaires.

[Près de 80 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

D’autres publications ont suivi, incluant dans l’analyse davantage de villes et de caractéristiques, telles que le sexe et l’âge. Il a ainsi été montré que les proportions d’hommes et de femmes dans les territoires sont bien moins équilibrées le jour que la nuit, avec des zones qui deviennent en journée majoritairement féminines et d’autres majoritairement masculines.

Un outil libre destiné au plus grand nombre

Le Mobiliscope s’inscrit dans une démarche de science ouverte en s’attachant à respecter les principes FAIR (« Faciles à trouver, Accessibles, Interopérables et Réutilisables »). Les données des populations présentes dans les différents territoires par heure et par catégorie (sexe, groupes d’âge, groupes…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Julie Vallée, Géographe – Directrice de recherche, Centre national de la recherche scientifique (CNRS)