Le Monde Diplomatique, janvier 2024 — Bernard GENSANE

Julien Brygo envisage une élection étasunienne de tous les dangers : Dans la liste des primaires précédant l’élection présidentielle américaine de 2024, la Caroline du Sud attirera tous les regards en février prochain. Côté démocrate, la victoire du président Joseph Biden paraît acquise ; côté républicain, le scrutin dans cet État conservateur devrait sceller le sort des concurrents de M. Donald Trump. Seul problème : une majorité des Américains ne veut ni de l’un ni de l’autre…

Pour Benoit Bréville, au regard du droit international, la situation est limpide : la Russie occupe illégalement son voisin ukrainien, tout comme Israël occupe illégalement son voisin palestinien, ce que les Nations unies ont maintes fois condamné. Tous deux devraient inspirer la même réprobation aux Occidentaux, qui défendent l’idée d’un « ordre fondé sur des règles » (ruled-based order). Il n’en est rien. Dans un cas, les États-Unis et l’Union européenne se tiennent aux côtés du pays agressé ; dans l’autre, du pays agresseur.

Dès les premiers jours de la guerre, le Vieux Continent a ainsi ouvert grand ses portes à des millions d’exilés ukrainiens, dans un élan d’hospitalité à faire pâlir les réfugiés d’Irak, de Syrie ou d’Afghanistan. Les Ukrainiens « nous ressemblent, a justifié un éditorialiste britannique. (…) Ils regardent Netflix, ont des comptes Instagram, votent lors d’élections libres et lisent des journaux non censurés ». Nul ne propose d’accueillir les centaines de milliers d’habitants qui voudraient fuir Gaza. Au bout de quarante-quatre jours de bombardements israéliens, le président français Emmanuel Macron a tout juste consenti à recevoir cinquante enfants palestiniens blessés, « si cela [était] utile et nécessaire ».

Washington et Bruxelles ont riposté à l’invasion russe en prenant des sanctions draconiennes contre Moscou (embargo sur le pétrole, restrictions…

La suite est à lire sur: www.legrandsoir.info
Auteur: Bernard GENSANE