Le Parlement européen déclenche la procédure d’urgence pour sauver le fleuve corse Tavignanu des déchets

Sauver le fleuve corse Tavignanu

C’est en 2016 que le spectre d’un centre d’enfouissement des déchets a commencé à planer au-dessus du fleuve Tavignanu. L’idée : accueillir 70 000 tonnes de déchets ménagers et 100 000 tonnes de terres amiantifères provenant de chantiers de construction, dans un méandre du cours d’eau, sur la commune de sur la commune de Giuncaggio, pourtant « géologiquement instable ». Un contexte écocidaire qui n’a pas manqué d’interpeller immédiatement les défenseurs de l’environnement.

Le site est en effet la vitrine d’une biodiversité remarquable, où se côtoient notamment l’escargot de Raspail ou encore la tortue d’Hermann, lui valant sa place dans la liste européenne des sites Natura 2000. Mais le 21 juillet 2021, le projet de centre est validé par le Conseil d’État, qui donne l’autorisation d’exploiter à la société Oriente Environnement.

Alors, aux côtés de la fondation Umani et l’association Terres de lien Corsica – Terra di u cumunu, le collectif Tavignanu Vivu déclare, quelques mois plus tard, « les droits du fleuve », en le caractérisant en tant qu’ « entité vivante et indivisible, de sa source jusqu’à son embouchure, délimitée par son bassin versant, et dispose de la personnalité juridique ».

Une déclaration soutenue par l’Assemblée de Corse, la ville de Bastia mais aussi plusieurs dizaines de communes. Le collectif, bien décidé à défendre l’oasis, en vient même en 2021 à saisir le Parlement européen à travers une pétition.

Dans ce texte, approuvé par plusieurs groupes politiques à l’image des Verts/Alliance Libre Européenne ou du Parti Populaire Européen, le collectif alerte sur « les illégalités et incohérences de l’autorisation du projet, en méconnaissance des normes européennes qui gouvernent le droit des déchets, le droit de l’eau, la protection de la biodiversité et la santé des populations ». 

Projet de centre d'enfouissement des déchets sur le fleuve corse Tavignanu

La suite est à lire sur: lareleveetlapeste.fr
Auteur: Juliette Boffy