Le récit de transfuge de classe : un « script » médiatique ?

  Les récits de transfuge de classe sont des récits de mobilité sociale, souvent ascendante. C’est la plupart du temps une narration à la première personne, qui représente un clivage entre les mondes sociaux : le déchirement intérieur du ou de la transfuge génère des affects comme la honte, le sentiment de trahison, de culpabilité.

Ce type de récit peut s’inscrire dans le champ littéraire (on pense à Annie Ernaux), dans le champ sociologique (avec Didier Eribon) mais il est aujourd’hui devenu une formule narrative courante, qu’on retrouve aussi bien dans des témoignages médiatiques et politiques, des spectacles de stand-up que sur les réseaux sociaux.

D’un espace social du discours à l’autre, les mêmes étapes narratives, les mêmes thèmes et le même vocabulaire circulent : la « honte d’avoir eu honte », « trahir/venger » les siens, la « résilience »… Cette diffusion s’explique en partie par le rôle des médias : le récit de transfuge de classe occupe désormais la place paradoxale d’une catégorie supposée marginale (puisque la mobilité du transfuge est exceptionnelle) mais en voie de canonisation. La catégorie « transfuges de classe » est ainsi devenue une grille d’interprétation médiatique récurrente du récit de soi, une sorte de scénario ou de « script », qui fait parfois écran à la diversité des narrations.

Une accroche journalistique

En 2017, les expressions transfuges de classe et transclasses (néologisme forgé par la philosophe Chantal Jaquet) sont utilisées 16 fois dans la presse, contre 64 fois en 2019, 186 fois en 2021, et 307 fois au premier semestre 2023 (selon le corpus Europresse).

La notion semble une bonne accroche journalistique : si, dans un entretien, on parle de soi comme transfuge, le mot a toute chance de circuler. Ainsi, quand la réalisatrice et actrice Maïwenn déclare : « Je me suis identifiée au parcours de transfuge de Jeanne du…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Laelia Véron, Maîtresse de conférence en stylistique et langue française, Université d’Orléans