Le saviez-vous ? Le terreau détruit les tourbières

Avez-vous déjà regardé de près la composition des sacs de terreau que vous achetez en jardinerie ou au supermarché ? Vous y verrez très souvent figurer la mention « tourbe blonde », « tourbe brune » ou encore « tourbes de sphaigne ». Les producteurs de terreaux apprécient cette matière pour sa grande capacité à retenir l’eau et à la restituer progressivement aux plantes, un atout qui permet de limiter les arrosages. Autre avantage : c’est une matière organique stable, qui ne se dégrade pas rapidement.

Depuis quelques années, l’extraction de cette matière, issue de la décomposition de végétaux, est pointée du doigt : non seulement elle détériore les tourbières, zones humides à l’écosystème fragile, mais elle entraîne aussi la libération en fortes quantités du CO2 stocké depuis des millénaires.

« Pour récupérer la tourbe, il faut drainer la tourbière, ce qui perturbe complètement l’équilibre du milieu, explique Naomi Le Boursicot, assistante de programmes au Pôle-relais tourbières au sein de la Fédération des conservatoires naturels. La tourbière ne peut plus produire. Le carbone qui était stocké dans cette matière va s’évacuer très rapidement. Or, la tourbe n’est pas une matière renouvelable à l’échelle humaine. Elle ne prend qu’un millimètre par an, parfois moins. »

« La tourbe est un produit que les consommateurs ne connaissent pas. Il faut une part de pédagogie »

Reste à trouver du terreau sans tourbe. Pour cela, il faut scruter les étiquettes. La mention des différents composants doit être affichée. « Une majorité des terreaux actuellement vendus comportent toujours une forte proportion de tourbe, déplore Naomi Le Boursicot. Quand les gens cherchent un terreau sans tourbe, souvent, ils ont des difficultés à en trouver, ou bien ils doivent se contenter d’une seule référence. »

Le Pôle-relais tourbières a publié en 2019 une liste de produits…

La suite est à lire sur: reporterre.net
Auteur: Fabienne Loiseau