Le trafic d'espèces sauvages cause des dommages incalculables à la nature, selon l'ONU

« La criminalité liée aux espèces sauvages inflige des dommages incalculables à la nature et met en péril les moyens de subsistance, la santé publique, la bonne gouvernance et la capacité de notre planète à lutter contre le changement climatique », a déclaré la Directrice exécutive de l’ONUDC, Ghada Waly, en présentant le rapport.

Le Rapport mondial sur la criminalité liée aux espèces sauvages de l’ONUDC fait le point sur les efforts déployés pour lutter contre le braconnage dans le monde entier. 

Bien que des signes positifs indiquent que le trafic de certaines espèces emblématiques tels que les éléphants et les rhinocéros ait diminué, grâce au démantèlement de grands réseaux de trafiquants et à la suppression de la demande sur des marchés clés, le tableau d’ensemble reste sombre pour des milliers de plantes et d’animaux protégés. 

Portée et dommages 

La criminalité liée aux espèces sauvages a un impact mondial profond dont les ramifications ne sont pas toujours bien comprises, insiste l’ONUDC. 

Plus de 4.000 espèces sauvages sont encore la proie du trafic chaque année

Les dernières données sur les espèces saisies entre 2015 et 2021 dans 162 pays et territoires indiquent que le commerce illégal touche environ 4.000 espèces végétales et animales, dont environ 3.250 sont inscrites à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). 

Au cours de la période couverte par le rapport, les organes chargés de l’application de la loi ont confisqué 13 millions d’articles représentant plus de 16.000 tonnes. 

Malgré le rôle important qu’il joue dans l’extinction de nombreuses espèces rares telles que les orchidées, les plantes grasses, les reptiles, les poissons, les oiseaux et les mammifères, le trafic d’espèces sauvages passe souvent inaperçu aux yeux du public, selon les experts de l’ONU en matière de prévention de la criminalité liée aux…

La suite est à lire sur: news.un.org
Auteur: Nations Unies FR