Les applis de suivi de sommeil sont-elles utiles ?

Si vous avez souvent du mal à vous endormir ou à passer une nuit de sommeil correcte, vous vous êtes peut-être posé la question de recourir à une application pour smartphone, un bracelet connecté ou un autre dispositif de suivi de sommeil pour tenter de résoudre le problème.
Cette tendance à l’autosurveillance du sommeil a le vent en poupe. Elle pourrait cependant aboutir à un paradoxe, en mettant en place des schémas de stress et d’éveil qui exacerbent les problèmes de sommeil au lieu de les régler. Explications.

Qu’est-ce qu’un sommeil « normal » ?

La quantité de sommeil nécessaire, ainsi que les préférences de coucher, précoce ou tardif, varient beaucoup d’une personne à l’autre. Certaines de ces différences sont liées non seulement à l’âge, mais aussi à des facteurs culturels, environnementaux ou comportementaux. D’autres sont, au moins en partie, d’origine génétique.

En plus de ces variations entre individus, tout un chacun est naturellement soumis à un degré assez élevé de variation du sommeil (tout en restant au sein de ce qui est considéré comme la norme) – la qualité de notre sommeil n’est jamais exactement la même d’une nuit à l’autre, et cela ne nous surprend généralement pas. La plupart des adultes ont besoin d’environ huit heures de sommeil par 24 heures, mais selon les gens, les besoins en sommeil peuvent varier de six à neuf heures environ.




Read more:
La qualité du sommeil diminue avec l’âge : pourquoi, et comment l’améliorer ?


Les causes de cette variation «normale» du sommeil ne sont pas encore bien comprises. Toujours est-il que certaines personnes qui considèrent que leur sommeil est, en quelque sorte, inadéquat s’inquiètent tellement de passe une «bonne» nuit de sommeil qu’elles développent une sorte d’anxiété de performance, ce qui crée une angoisse au moment de dormir.

Comment fonctionnent les applications de suivi du sommeil ?

La plupart des applications récentes de suivi du sommeil utilisent des données telles que le son, la fréquence cardiaque et le suivi des mouvements (lesquels sont censés indiquer la période durant laquelle l’utilisateur est couché ou levé) pour estimer ce qui se passe durant la nuit.

Nombre de ces applications utilisent des données provenant de dispositifs portables, tels que la montre Apple Watch, pour calculer un score de sommeil et créer des graphiques pour montrer les modifications qui surviennent au fil du sommeil. Ces analyses basées sur les sons, les mouvements et la fréquence cardiaque du dormeur peuvent être complétées par des questions sur la qualité du sommeil.

[Près de 80 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

Les auteurs de ces applis prétendent qu’elles peuvent déterminer combien de temps un dormeur passe en sommeil léger, en sommeil profond et en sommeil paradoxal, caractérisé par des mouvements oculaires rapides (REM), ainsi que le nombre de dérangements qui surviennent au cours de la nuit. Mais est-ce vraiment le cas ?




Read more:
Les mouvements oculaires pendant le sommeil : une fenêtre sur les rêves ?


Des carreaux de Scrabble épelant

Tout le monde sait qu’il est important de passer une bonne nuit de sommeil. Mais cela ne doit pas devenir une obsession.
Brett Jordan/Unsplash, CC BY

Ces applications sont-elles précises ?

Souvent, les sites Web qui comparent les applications de sommeil pour déterminer lesquelles sont les plus performantes se contentent de lister et tester les fonctionnalités et les caractéristiques proposées, sans toutefois vérifier si les mesures réalisées son réellement aussi précises que leurs concepteurs le prétendent.

Or, bien que ces traceurs soient devenus relativement précis pour ce qui est de distinguer l’état de sommeil de l’état de veille, leur capacité à évaluer les différents stades de sommeil reste peu fiable, et manque encore de cohérence.

L’utilisation des applications de suivi du sommeil présente-t-elle des risques ?

Il ne faut pas accorder trop d’importance à ces données, qui peuvent être imprécises. Et surtout, il faut éviter de se fixer des objectifs de sommeil irréalistes, au risque de devenir trop anxieux à ce…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Maximilian de Courten, Professor in Global Public Health and Director of the Mitchell Institute, Victoria University