Les bactéries qui vivent dans notre bouche ont des effets surprenants sur notre santé

Notre bouche est l’un des habitats les plus diversifiés de notre corps : elle abrite plus de 700 espèces de bactéries, sans compter des levures, des virus et un certain nombre de protozoaires. Cette communauté microbienne constitue le microbiote buccal qui, comme le microbiote intestinal, peut influer sur notre santé.

Les maladies les plus courantes causées par des modifications du microbiote buccal sont la carie dentaire et les affections des gencives. Mais au fil des ans, les scientifiques ont découvert de nombreux indices suggérant que le microbiote buccal est également lié à de nombreux autres problèmes graves se manifestant ailleurs dans notre organisme.

Maladies respiratoires

Le tractus respiratoire commence dans la bouche et se termine dans les poumons. De ce fait, il n’est pas surprenant qu’en cas de prolifération du microbiote buccal, certains des microbes qui le composent puissent être inhalés et finir dans les poumons.

Cette situation conduit fréquemment à des pneumonies. Le risque de développer cette infection, souvent fatale chez les personnes âgées, a ainsi été associé à une mauvaise hygiène buccale, laquelle entraîne une prolifération de certaines bactéries telles que Streptococcus pneumoniae et Haemophilus influenzae.

Des travaux ont démontré que l’amélioration, dans les maisons de retraite, de l’hygiène buccale, ainsi que la mise en place de soins dentaires (effectués par des professionnels) pouvait réduire le nombre de cas de pneumonie d’un tiers. Il est également important de veiller à la propreté des appareils dentaires et autres dispositifs buccaux (protège-dents pour les sportifs, par exemple).

Certaines recherches ont aussi mis en évidence une association entre mauvaise santé buccale et bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), ainsi qu’avec des altérations de la fonction respiratoire, en raison des modifications du microbiote buccal qui résultent d’une telle…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Gary Moran, Associate Professor, Dental Science, Trinity College Dublin