"Les chiens n'ont pas le choix": des volontaires se ruent à leur secours dans la région ukrainienne attaquée de Kharkiv

Elena Goubenko a finalement accepté de quitter son domicile, à l’approche des soldats russes qui sont à nouveau à l’offensive dans la région de Kharkiv (nord-est de l’Ukraine). A une condition: qu’elle emmène avec elle la centaine de chiens qu’elle a secourus des années durant.

« Je serai avec eux, où qu’ils soient (…). Ils sont toute ma vie », dit-elle en poussant ses animaux dans les cages que des volontaires chargent dans des camionnettes.

De nombreux habitants de cette partie de l’Ukraine, à l’instar d’Elena Goubenko, sont restés chez eux pendant les plus de deux années du conflit avec la Russie, y compris quand les forces russes ont attaqué puis occupé la région entre le printemps et l’automne 2022.

Une fois celle-ci repassée sous le contrôle des Ukrainiens, ils vivaient jusqu’à présent dans un calme relatif, malgré l’intensification des frappes.

Mais les Russes qui ont franchi les lignes de défense vendredi, ouvrant un nouveau front, artillerie et avions à l’appui, ont contraint des milliers de personnes à fuir.

Les soldats russes tout près

Les soldats russes ne sont désormais plus qu’à une douzaine de kilomètres au nord de la maison d’Elena Goubenko, sise à Rouski Tychky, autour de laquelle les explosions résonnent.

« La Russie avance de là-bas à ici. C’est très dangereux ici », souligne-t-elle, désignant le nord de cette localité.

Dans le jardin, des dizaines de niches en bois se trouvaient à côté d’un terrain de jeux aux balançoires détruites.

« Il y a des bombardements tous les jours, (les chiens) vivent dans le sous-sol (…). Il fait sombre là-dedans », raconte-t-elle.

Une lampe de poche fixée sur la tête, elle fait des allers-retours pour sortir les chiens de la cave noire remplie de toiles d’araignées.

Des bénévoles attendent devant sa porte rouge sur laquelle est écrit en lettres majuscules : « PEOPLE, CHILDREN » (gens, enfants, en anglais). Ils vérifient que les chiens s’entendent bien…

La suite est à lire sur: www.la-croix.com
Auteur: