Les Chiliens rejettent la Constitution rédigée par droite et ultra droite …

Le Chili a rejeté ce dimanche 17 décembre 2023 la deuxième proposition de constitution soumise à un référendum. Avec 55% des votes, ils et elles ont dit non au texte élaboré par la droite et l’extrême droite, mettant ainsi fin à quatre années de débats, de scrutins à répétition et d’incertitude. «Sous ce mandat, le processus constitutionnel est clos. Il y a d’autres urgences», a déclaré le président de gauche Gabriel Boric …

La Constitution datant de la dictature d’Augusto Pinochet reste donc la référence. Explications dans cette vidéo de 1’58 » signée TV5Monde .


Le Chili a rejeté dimanche la deuxième proposition de constitution qui était soumise à un référendum. Avec 55% des votes, les Chiliens ont dit non au texte qui avait été élaboré par la droite et l’extrême droite, mettant ainsi fin à quatre années de débats, de scrutins à répétition et d’incertitude. Publié par RFI le 18/12/2023

Les partisans du contre célèbrent les résultats du référendum sur la nouvelle proposition de constitution du Chili à Santiago le 17 décembre 2023.
Les partisans du contre célèbrent les résultats du référendum sur la nouvelle proposition de constitution du Chili à Santiago le 17 décembre 2023. AFP – JAVIER TORRES

Retour à la case départ au Chili. Après deux échecs, le Chili conservera donc la Constitution actuellement en vigueur, celle qui date de la dictature d’Augusto Pinochet. Le vote contre a remporté 55,75% des voix, tandis que le pour a obtenu 44,25%, selon les résultats officiels publiés par le Service électoral (Servel) après 99% des bulletins dépouillés.

« Sous ce mandat, le processus constitutionnel est clos. Il y a d’autres urgences », a déclaré le président de gauche Gabriel Boric dans un discours au palais présidentiel de La Moneda. « Notre pays continuera avec la Constitution actuelle, car après deux propositions constitutionnelles soumises à un référendum, aucune n’a réussi à représenter ou à unir le Chili dans sa belle diversité », a…

La suite est à lire sur: www.prendreparti.com
Auteur: Claude Morizur