Les décès dus aux infections fongiques ont doublé en dix ans

Il y a onze ans, mes collègues et moi-même avions estimé qu’environ 2 millions de personnes dans le monde mouraient chaque année des suites d’infections fongiques. Mes nouvelles estimations révèlent que ce nombre a presque doublé, puisque qu’il serait aujourd’hui d’environ 3,8 millions.

Pour mettre ce résultat en perspective, soulignons que cela représente environ 6,8 % du total des décès mondiaux. On considère généralement que les maladies coronariennes sont responsables d’environ 16 % des décès qui surviennent annuellement dans le monde (55,4 millions de décès en 2019 selon l’Organisation mondiale de la Santé, suivies de près par les accidents vasculaires cérébraux à 11 %. Les maladies pulmonaires liées au tabac (MPOC), qui comprennent la bronchite chronique et la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO, autrefois appelée emphysème) représentent quant à elles 6 % des décès au total. Or, sur ces 3 228 000 décès, un tiers surviendrait en raison d’infections fongiques.

Selon d’autres statistiques mondiales, le nombre de décès dus à la pneumonie (dont certaines sont d’origine fongiques) serait de 2 600 000, tandis que la tuberculose serait responsable de 1 208 000 morts par an (on considère qu’environ 340 000 de ces décès seraient probablement dus à une maladie fongique non diagnostiquée dans ce contexte de tuberculose).

Pour parvenir à cet nouvelles estimations, publiées dans The Lancet_Infectious Diseases, j’ai évalué la proportion de cas fongiques réellement diagnostiqués et traités, et ceux qui passent inaperçus.

Aspergillus, Candida, Histoplasma : des dangers mortels

Certains champignons du genre Aspergillus font partie des champignons les plus dangereux pour la santé humaine. C’est notamment le cas d’Aspergillus fumigatus et Aspergillus flavus, qui provoquent des infections des poumons. Les personnes déjà victimes de certaines affections…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: David W. Denning, Principal Investigator, Manchester Fungal infection Group, University of Manchester