Les deux corps de l’écologie politique : EELV et la « Booty Therapy »

Lors du lancement de leur campagne des Européennes, le 3 décembre 2023 à Paris, Les Écologistes ont, pendant plus de deux heures, présenté leur programme. La tête de liste, Marie Toussaint, propose un « traité environnemental européen » et défend l’idée de faire de la lutte contre la pauvreté la colonne vertébrale de l’Europe, en instaurant un droit de « véto social ». Un discours rationnel et ambitieux. Mais de ce meeting, beaucoup ne retiendront que les quelques minutes de Booty Therapy qui ont agité les corps des militants.

L’historien Ernst Kantorowicz a montré l’importance des Deux Corps du roi (1957). Le roi est, comme tout le monde, doté d’un corps mortel, soumis à sa sensibilité. Mais le Roi incarne aussi le corps immortel et politique de la royauté (l’État) et de Dieu. Les écologistes ont aussi deux corps. Le premier est tout aussi sensible que celui du roi – c’est le corps de chaque adhérent. L’autre est un corps proprement politique qui représente une pensée politique originale et singulière, matérialisé par un parti Vert. Ce Body Politic (corps politique) a vocation à symboliser la communauté militante.

L’écologie politique a, dès son origine, accordé toute son importante à la sensibilité de chaque militant, notamment à partir du respect de l’individualité de chacun. Il est aussi le seul parti à considérer que la relation avec le monde vivant est essentielle pour construire une gouvernance plus viable (c’est la position écocentrée qu’elle mobilise plus ou moins ouvertement). Le corps de chaque militant, ainsi que le corps partisan, mobilisent peu ou prou cette affectivité. Par conséquent, la sensibilité de chacun et la sensibilité dans sa relation au monde sont des référents importants chez les écologistes politiques.

Sensibilité personnelle et rationalité politique

Lors de ce meeting, les Écologistes ont tenté de réconcilier leurs deux corps, le…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Bruno Villalba, Professeur de science politique environnementale, AgroParisTech – Université Paris-Saclay