Les entreprises « nées mondiales » : quels dispositifs d’aide publique faut-il privilégier ?

Fin août 2023, le gouvernement français lançait le plan « Osez l’export » avec l’objectif de passer de 150 000 à 200 000 entreprises exportatrices d’ici 2030. L’initiative découle du constat suivant : les PME françaises ne seraient pas assez présentes sur les marchés étrangers, autrement dit, pas assez compétitives à l’international. L’enjeu est aussi celui de la réindustrialisation de la France.

Aussi pourrait-on commencer par interroger sur l’efficacité des aides publiques déjà déployées en faveur des petites entreprises présentes à l’international. Tel a été l’objectif de notre étude récente, publiée dans Économie et Statistique, la revue de l’Insee. Nous y examinons le lien entre différents dispositifs d’aide publique octroyés par la Banque publique d’investissement (Bpifrance) et les performances des entreprises « nées mondiales » dans le secteur manufacturier en France.

Ces entreprises, autrement appelées « born globals » dans la littérature anglo-saxonne, sont celles qui réalisent au moins 20 % de leur chiffre d’affaires grâce à l’export dès leurs trois premières années d’existence. Ce sont aussi celles qui intéressent le plus les pouvoirs publics dans la mesure où elles incarnent l’espoir d’un fort potentiel de compétitivité et de croissance. Ces entreprises ont par ailleurs été pointées par de grandes institutions telles que l’OCDE ou l’Eurofound, qui plaident depuis le début des années 2010 en faveur de mécanismes visant à promouvoir l’internationalisation des PME et en particulier des jeunes entreprises innovantes.

Nous nous sommes concentrées, dans nos travaux, sur la période 1998-2015, celle pour laquelle la désindustrialisation a été particulièrement marquée dans l’Hexagone.

Les born globals, des entreprises plus performantes

Ces jeunes entreprises ne sont pas très nombreuses en France. Sur notre période d’observation,…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Sophie Pommet, Maître de Conférences en Sciences économiques, Université Côte d’Azur