« Les quartiers populaires ne sont pas des déserts politiques »



Streetologie. Savoirs de la rue et culture politique / Ulysse Rabaté, préface d’Étienne Balibar / Éditions du commun, 232 p., 16 euros.

Spécialiste des formes d’engagement politique au sein des classes populaires, Ulysse Rabaté tente de comprendre la culture politique des quartiers populaires en analysant les modes de vie de la street (la rue). En passant par l’analyse de leurs mobilisations, de la gauche, des textes de rap et même des Kanak en Nouvelle-Calédonie. Entretien, à l’occasion de la sortie de Streetologie. Savoirs de la rue et culture politique aux Éditions du commun.

En quelques mots, qu’est-ce que la « streetologie » ?

« Je voulais apporter une analyse du lien que les quartiers populaires ont à la pratique politique. » (Photo : Karim Chula.)

Ulysse Rabaté : C’est un concept qui n’a jamais été utilisé en France, en tout cas pas sous cette forme. Ce livre fait une incursion dans la sociologie politique française, mettant en valeur un ensemble de savoirs formés et composés dans la rue. La streetologie (1) peut se définir comme un ensemble de compétences et de savoirs constitués dans l’univers social des quartiers populaires. La sociologie des quartiers a pu déjà mettre en lumière certains codes de ces quartiers. Je voulais apporter une analyse du lien que les quartiers populaires ont à la pratique politique. Au final, ce sont toutes les interactions bien plus nombreuses qu’on ne le croit entre ces savoirs, ces compétences et ce qu’on peut appeler une pratique politique.


Sur le même sujet : Notre dossier : « Villes et banlieues, rendez-vous manqué »

Vous reprenez l’expression de…

La suite est à lire sur: www.politis.fr
Auteur: Léa Lebastard