Les régimes amaigrissants ou un usage détourné de médicaments tels qu’Ozempic peuvent contribuer aux troubles alimentaires

Selon une étude américaine, jusqu’à 72 % des femmes et 61 % des hommes ne sont pas satisfaits de leur poids ou de leur image corporelle. Chaque année, des millions de personnes tentent de maigrir dans l’espoir d’améliorer leur image corporelle, leur santé et leur qualité de vie.

Cependant, ces personnes peuvent avoir du mal à suivre un régime ou à faire de l’exercice. L’apparition de médicaments à base de semaglutide, comme Ozempic ou Wegovy, peut paraître une solution rapide et attrayante pour atteindre ses objectifs de perte de poids.

Les études menées par différentes équipes, dont la nôtre, montrent que ces efforts pour perdre du poids font souvent plus de mal que de bien et peuvent augmenter le risque de développer un trouble alimentaire.

Perte de poids et troubles alimentaires

Les troubles de l’alimentation sont de graves problèmes de santé mentale qui se caractérisent principalement par des formes extrêmes de privation ou d’excès de nourriture, des préoccupations concernant la silhouette et le poids ou des comportements visant à influencer ceux-ci, tels qu’un exercice physique intensif ou la provocation de vomissements.

Les médicaments à base de semaglutide tels qu’Ozempic peuvent être considérés comme une solution rapide et attrayante pour atteindre ses objectifs de perte de poids.
(AP Photo/David J. Phillip)

Autrefois, on croyait que les troubles alimentaires n’affectaient que les adolescentes blanches, mais on sait maintenant que des personnes de tout âge, sexe, genre ou origine raciale/ethnique peuvent en souffrir, et l’on estime qu’un million de Canadiens en sont atteints.

À titre de psychologue clinicienne et d’étudiante de cycle supérieur en psychologie clinique, nous avons axé notre recherche sur la façon dont les troubles alimentaires se développent et sur ce qui les perpétue. En tenant…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Samantha Withnell, PhD Candidate, Clinical Psychology, Western University