Les thérapies anti-VIH pourraient être efficaces contre la sclérose en plaques

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune qui affecte le système nerveux central. En France, elle touche environ 120 000 personnes, et chaque année, 3 000 à 5 000 nouveaux cas sont dépistés, majoritairement des femmes.

Au cours de la dernière décennie, plusieurs études de cas ont rapporté que des personnes atteintes de sclérose en plaques également séropositives pour le VIH (le virus responsable du sida) avaient vu les symptômes de la SEP diminuer, ou la progression de cette maladie auto-immune ralentir, après avoir entamé un traitement à base d’antirétroviraux (des médicaments destinés à maintenir le VIH en respect dans l’organisme des malades).

Ces résultats ont poussé les chercheurs à se demander si ces médicaments, ou bien l’existence d’une infection par le VIH, pouvaient influer sur le risque de développer une sclérose en plaques. Les résultats de nos travaux de recherche, publiés récemment dans la revue Annals of Neurology, semblent indiquer que c’est effectivement le cas.

Une réponse difficile à trouver

Déterminer si la sclérose en plaques peut être affectée par le fait d’être séropositif pour le VIH ou par la prise de médicaments antirétroviraux n’est pas une mince affaire. Il faut pour cela non seulement disposer de larges groupes (cohortes) de patients vivant avec le VIH, mais aussi avoir acquis des informations médicales détaillées sur leur état de santé (notamment concernant l’existence ou le développement d’une sclérose en plaques), et assure un suivi sur une longue période.

Précédemment, trois études avaient déjà tenté d’éclaircir ce point, mais n’y étaient pas parvenues de manière définitive, soit parce que les cohortes employées comportaient trop peu de patients, soit parce que les informations médicales concernant les patients ou leurs traitements n’étaient pas disponibles.

Pour mener à bien notre recherche, nous avons analysé les…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Kyla McKay, Assistant Professor of Neuroepidemiology, Karolinska Institutet