Les vassaux payeurs de la nouvelle Otan — Pino ARLACCHI

Du côté étasunien, aucune expansion ne se profile car, avec des dépenses militaires monstrueuses, proches de mille milliards de dollars et financées par des emprunts auprès de l’Europe et du reste du monde, les États-Unis ont atteint un degré d’endettement insoutenable. Les EU se plaignent également qu’il est temps que les Européens financent leur propre sécurité et cessent de vivre sur le dos d’un Oncle Sam qui absorbe 80 % du budget de l’OTAN.

Les dépenses européennes de défense devraient donc plus que doubler en quelques années, et la demande du secrétaire de l’OTAN d’un fonds de 100 milliards d’euros pour la seule Ukraine ne peut être qu’un avant-goût. Le problème est le suivant : d’où viendront les 300 à 400 milliards de dépenses annuelles supplémentaires nécessaires au financement d’une OTAN répondant à la demande des EU ?

Où deux pays européens comme l’Allemagne et l’Italie, qui ont jusqu’à présent consacré à peine plus de 1 % de leur PIB à la défense, trouveront-ils ces fonds ?

J’ai tendance à croire que le virage vers une Europe belliqueuse, qui s’arme pour s’aligner sur les Etats-Unis, se fera – s’il se fait – sans épreuve de force avec Washington. En ce sens qu’aucun dirigeant européen n’osera dénoncer le pacte tacite avec les Etats-Unis qui existe depuis la naissance de l’OTAN. Selon ce pacte, nous, Européens, achetons les bons du Trésor américain qui permettent à l’Amérique de vivre au-dessus de ses moyens et qui lui ont permis de mener toutes les guerres qu’elle a voulues dans presque toutes les parties du monde au nom de l’OTAN et de la défense de l’Occident.

Le budget de l’OTAN est déjà largement payé, en réalité, par les contribuables européens, car les gouvernements de l’UE se sentent obligés de prêter chaque année des sommes énormes aux États-Unis en achetant leurs bons du Trésor. Ceux-ci permettent à la Réserve fédérale…

La suite est à lire sur: www.legrandsoir.info
Auteur: Pino ARLACCHI