LFI : dissidence, verrouillage du parti et déficit de démocratie, comment comprendre la crise ?

La France Insoumise (LFI) se retrouve au cœur d’une crise touchant à la fois l’image publique et la cohésion du mouvement comme le révèle un nouveau différend entre un militant breton et la direction du parti lors d’une assemblée le 16 décembre à Rennes.

Cette situation s’inscrit dans une suite de controverses et de tensions entourant son leader, Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier avait suscité de nouveau les polémiques en refusant de qualifier les attaques du Hamas du 7 octobre dernier comme des « actes terroristes », les désignant plutôt comme des « crimes de guerre », et renvoyant dos-à-dos les deux camps.

Selon certains sondages, Jean-Luc Mélenchon est désormais la personnalité politique la moins appréciée des Français avec 62 % d’opinions défavorables. Un autre sondage, quant à lui, affecte l’image du mouvement, le considérant plus dangereux pour la démocratie que le Rassemblement national (RN) et révèle également que 60 % des Français estiment que LFI est un parti qui « attise la violence » contre 52 % pour le RN.



Cette crise dépasse la simple perception du mouvement par les Français et touche également son fonctionnement interne. Depuis les élections législatives de 2022, des voix s’élèvent au sein du mouvement, critiquant le déficit de démocratie et de pluralisme au sein de LFI. Cette crise sans précédent, tant dans son ampleur que dans sa médiatisation, est le symptôme d’un verrouillage de l’organisation partisane par son fondateur. LFI s’apparente davantage à un parti personnel, centré sur la figure de son leader-fondateur, qu’à un parti-mouvement.

Aujourd’hui, Jean-Luc Mélenchon est perçu par ses dissidents, avec Clémentine Autain et François Ruffin en tête, et plus largement au sein de la gauche, comme un agent perturbateur. Sa capacité à nuire est jugée supérieure à sa capacité à unir, et l’implosion de la Nupes est citée comme un exemple de…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Ludovic Grave, Doctorant en science politique, Université de Lille