« L’homme aux mille visages » : les traces du mensonge



L’homme aux mille visages / Sonia Kronlund / Grasset / 180 pages / 19 euros.L’homme aux mille visages / Sonia Kronlund / 1 h 30.

Comment un mouvement de sororité ne bascule-t-il pas en règlement de comptes ? Toute l’entreprise à la fois artistique et documentaire de Sonia Kronlund repose sur ce fil. Un homme a trompé plusieurs femmes, il les a toutes manipulées, il leur a menti. Mais l’autrice et réalisatrice ne pose aucun jugement moral à son propos. Elle s’interroge et tente de comprendre. Pourtant, Sonia Kronlund aussi a déjà été trompée. « Les hommes que j’ai aimés étaient souvent malhonnêtes, menteurs, manipulateurs. Ça me désespère mais ça doit être mon genre. Cette étrange attirance m’a suivie dans mon travail. Je me suis beaucoup intéressée aux baratineurs, bonimenteurs et autres charlatans », expose-t-elle dès le début de son livre.

Dans L’Homme aux mille visages, à la fois récit-enquête (sorti il y a quelques semaines en librairie) et film documentaire – son ­deuxième long-métrage comme réalisatrice –, Sonia Kronlund raconte cet homme qui a pris cinq identités et mené simultanément plusieurs histoires d’amour « dans cinq ou six pays ». Pour l’une des femmes concernées, il s’appelle Ricardo et exerce à l’hôpital Louis-Mourier de Colombes (Hauts-de-Seine) en tant que chirurgien thoracique.

Pour une autre, il est ingénieur dans les télécoms. Pour d’autres encore, il est également ingénieur, mais en construction automobile dans l’usine Peugeot de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Ou encore médecin envoyé dans des zones de guerre. Tantôt argentin, tantôt brésilien. Tantôt très croyant, tantôt fêtard. Romantique, dirait l’une ; plutôt timide, lui répondrait une autre. Il se fait…

La suite est à lire sur: www.politis.fr
Auteur: Lucas Sarafian