L'humanité est morte à Gaza

L’humanité est morte à Gaza
Et ce sont des visionnaires mythomanes qui l’ont tuée
Enterrant les droits humains sous une montagne de ruines. Et précipitant tout le droit dans une fosse commune.
Introduction (d’outre-tombe) à l’analyse critique du droit.

(Dé) Lire (une bible)

Nous commencerons par une série de notes éparses sur « la vocation messianique » (et les visions mythomaniaques).
Notre point de départ, « d’actualité », pourrait être cette belle forme prophétique (et apocalyptique) qu’est le sionisme chrétien.
La Pétition (l’Appel) en faveur de la restauration du Royaume Juif de Palestine.

Le Royaume Juif de Palestine : si une telle chose a jamais existé.
Enfin réaliser, faire paraître dans ce monde, « La Cité de Dieu », l’empire de « la justice » !
Dont « l’attente » est insupportable. Et place chacun (chaque fidèle) en situation « d’urgence ».
La Parousie.
Dont l’État d’Israël, et son triomphe, est le vecteur.

Première rencontre de l’opposition, que nous pourrions placer au centre de cet essai, l’opposition entre le « normatif » et le « descriptif ». Où il en va de l’écrasement du « symbolique » (de l’histoire « en réalité ») dans l’imaginaire (la grande mythologie, voire l’idéologie : la réécriture de l’histoire à des fins nationalistes, ou, plus généralement, utilitaires).
Bien entendu cette opposition, trop simple, est, comme le dirait Derrida : déconstructible.
Mais dans le cadre d’une introduction « pour faire penser » (et introduire à la critique du droit) et, peut-être, pour intriguer (ou énerver) nous en resterons à cette opposition dualiste scolaire (type d’opposition que nous avons, par ailleurs, longuement critiqué).
Le thème organisateur de cet essai pourrait, alors, être : il est absolument nécessaire de « dégonfler » les prétentions prophétiques, messianiques et apocalyptiques ; les prétentions…

La suite est à lire sur: lundi.am
Auteur: dev