Libération d’otages : l’oppression jusqu’au bout