Libérer la périphérie ? Extrait de Philosophie de la libération d’Enrique Dussel

L’œuvre du très important philosophe marxiste Enrique Dussel, né le 24 décembre 1934 à la Paz en Argentine et mort le 5 novembre 2023 à Mexico, est particulièrement méconnue en France. Alors que vient enfin de paraître en français, peu de temps avant la mort de l’auteur, la traduction par Emmanuel Lévine de Filosofía de la liberación, livre paru en 1977 et devenu une des références majeures de la philosophie latino-américaine et du « tournant décolonial », nous publions ci-dessous la dernière section du premier chapitre (« L’histoire »), intitulée « La philosophie de la libération de la périphérie ».

Dans ce texte, Enrique Dussel revient sur les « antécédents » de la philosophie de la libération dans les philosophies coloniales et postcoloniales latino-américaines. Cet extrait donne ainsi un aperçu de la richesse du livre, mais aussi de son ambition : proposer une métaphysique au service des luttes pour l’émancipation, et particulièrement de l’anticapitalisme et de l’anticolonialisme.

1.1.9. La philosophie de la libération de la périphérie

1.1.9.1. La critique de la Conquista

1.1.9.1.1. La philosophie de la libération est récente : elle est née en Argentine à la fin des années 1960. Cependant, ses antécédents remontent aux origines même de la philosophie moderne européenne. Bartolomé de las Casas (1484-1566) a très justement dit qu’« ils ont eu deux manières habituelles d’extirper et de rayer de la face de la terre ces malheureuses nations », en se référant ainsi aux deux manières employées par les Européens pour asseoir leur domination sur la périphérie. « L’une en leur faisant des guerres injustes, cruelles, sanglantes et tyranniques. » Autrement dit, les Européens ont assassiné les habitants de la périphérie (c’est la mort de l’autre).

L’autre, après avoir tué tous ceux qui pourraient désirer la liberté […], comme tous les seigneurs…

La suite est à lire sur: www.contretemps.eu
Auteur: redaction