L'indigence intellectuelle des propagandistes politico-médiatiques. — Claude JANVIER

L’Etat de droit n’existe plus depuis au moins quatre décennies. L’exécutif, le législatif et le judiciaire, autrefois indépendant, sont devenu, au fil des ans, un fondu inconsistant, ouvrant la voie à des gouvernements successifs totalement hors-sol et en roue libre.

Les médias, censés être le quatrième pouvoir qui, dans des temps très anciens remettaient en place, de temps à autre, une élite s’écartant du droit chemin, sont devenus partie intégrante du fondu inconsistant de la pseudo-démocratie appelée France. Achetés et noyautés par les milliardaires du CAC 40, rares sont celles qui dénoncent encore ce qui mérite de l’être. 

Notre pays détient deux tristes records. Celui d’être le deuxième pays au monde, juste derrière les EU, consommant le plus de contenu pédocriminel en ligne, (1) et aussi, d’avoir obtenu en 2024, la deuxième place au monde de vente d’armes. (2)

Bruno Le Maire réclame 10 milliards d’économies à cause d’un budget pour 2024, – voté par un 49-3 -, dont les prévisions de croissance étaient à côté de la plaque. Pour combler ce trou et aider le président ukrainien, l’écrivain-ministre lorgne sur les économies des Français avec le lancement d’un produit d’épargne européen. En clair, planquez vos économies, car le pillage, pourrait arriver plus vite que vous ne le supposez. (3)

Du côté de Bruxelles, le docte parlement est dans les choux ! 16 milliards d’euros d’aide à l’Ukraine se seraient volatilisés. Certainement pas perdu pour tout le monde. (4)

Les médias propagandistes nous serinent, nuit et jour, que l’économie russe ne va pas bien, mais que notre économie roule parfaitement. Avec une inflation des produits alimentaires entre 15 et 20 %, (5) une hausse constante de l’énergie et les envolées des taxes diverses et variées, la France est en stagflation. Pas de quoi se réjouir ! 

Les médias usent et abusent des réseaux sociaux. Ils aimeraient bien avoir le…

La suite est à lire sur: www.legrandsoir.info
Auteur: Claude JANVIER