L’union des chiens de garde


Analyse du nouvel emballement pour défendre une éditorialiste de LCI critiquée par Mélenchon


En France, ces derniers mois, des attaques gravissimes contre la liberté de la presse se sont multipliées :

➡️ La journaliste Ariane Lavrilleux a été perquisitionnée par la police anti-terroriste et placée en garde à vue puis poursuivie pour avoir enquêté sur le commerce d’armes de la France.

➡️ Plusieurs autres journalistes ont été convoqués par la DGSI.

➡️ Le journaliste de TV5 monde Mohamed Kaci a été menacé de licenciement, à la demande de l’armée israélienne, pour avoir posé des questions dérangeantes à un militaire israélien.

➡️ Des dizaines de journalistes ont été blessés, arrêtés, molesté ou verbalisés dans le cadre de manifestations.

➡️ Le journaliste Patrick Cohen a reçu des milliers d’insultes et de menaces par l’extrême droite pour avoir dénoncé l’instrumentalisation raciste de la mort du jeune Thomas à Crepol.

➡️ Le milliardaire d’extrême droite Bolloré a constitué un empire médiatique et licencié tous les journalistes qui n’obéissaient pas à son idéologie.

Aucun de ces faits gravissimes et digne d’un régime autoritaire n’a suscité la moindre réaction collective, ni dans les grands médias et la classe politique.

➡️ De même, à l’international, 72 journalistes ont été assassinés à Gaza par Israël. Un record qui n’a même pas été mentionné à l’antenne d’un grand média français. Les journalistes français n’ont pas soutenu, même vaguement, leurs collègues de terrain.


Mais le 3 décembre, Mélenchon a critiqué l’éditorialiste de droite Ruth Elkrief. Et là, c’est le drame absolu.

Les comptes Twitter de BFM, TF1 et LCI ont publiquement apporté leur soutien à l’éditorialiste. Sonia Mabrouk de Cnews a loué son «professionnalisme». Pascal Praud a parlé d’une «consœur remarquable». La journaliste du Point Géraldine…

La suite est à lire sur: contre-attaque.net
Auteur: B