Macron à Nantes : une ville qui se tient sage

S’il est une ville où le pouvoir français a tremblé ces dernières années, c’est bien Nantes. Aéroport de Notre-Dame-des-Landes, Loi Travail, Gilets Jaunes, Réforme des retraites 2019, Loi de Sécurité Globale, Pass Sanitaire, réforme des retraites 2023… Nantes est de tous les combats. En Mai 68 déjà la ville s’autonomisait, le préfet fuyait à Paris et la Commune de Nantes s’autogérait pendant trois journées hautement symboliques.

Invité aujourd’hui à Nantes par Ouest-France, un journal de préfecture dont la qualité journalistique est inversement proportionnelle aux subventions reçues, Macron venait parler de l’économie de la mer à la Cité des Congrès. Autrement dit, Macron vient parfaire le greenwashing de son gouvernement éco-responsable : promouvoir l’éolien en mer qui nécessite des tonnes de béton haute-pression et rassurer les marins-pêcheurs à coup d’indemnités. Aucune annonce sur la dispense de taxes sur le carburant pour les méga-yachts ou sur l’interdiction des bateaux usines, le président des riches a le sens des priorités. Pour cela il était accompagné du ministre du lobby agro-industriel, Christophe Béchu, de la secrétaire d’État d’une jeunesse qui se tient sage, Sarah El Haïry, récemment recyclée en secrétaire d’État à la biodiversité, et d’Hervé Berville, le secrétaire d’État chargé de couvrir la responsabilité française dans les noyades d’exilé-es.

Pour venir à la Cité des Congrès, située à 5 minutes à pied d’une gare TGV, à deux heures de la gare Montparnasse, Macron a choisi l’avion. Quitte à bordéliser la circulation du centre-ville de Nantes, autant bloquer le périphérique par la même occasion ! L’escorte roulante du Président, par contre, est bien immatriculée 75 : la garde présidentielle est venue en camionnette depuis Paris, mais il ne faudrait quand même pas infliger une pause pipi à Emmanuel dans les chiottes dégueulasses de…

La suite est à lire sur: contre-attaque.net
Auteur: B