« Madame Hofmann » : prendre soin de la vie



Madame Hofmann / Sébastien Lifshitz /1 h 44.

Le cinéma se penche comme jamais sur l’hôpital et la santé publique. Peut-être parce que ceux qui devraient s’en préoccuper – les politiques au pouvoir – les taillent en pièces. Aux côtés des films de Nicolas Peduzzi, de Nicolas Philibert (et d’autres encore à venir), voici celui de Sébastien Lifshitz. Le documentariste (Les Invisibles, Petite Fille, Casa Susanna…) aime à rendre visibles celles et ceux qui ont du courage sans ostentation et affirment ce qu’ils sont contre vents et marées.


Sur le même sujet : « Les Invisibles », de Sébastien Lifshitz : « La volonté absolue d’être libre »

Sylvie Hofmann, elle, est soignante jusqu’au bout des ongles, avec une endurance hors norme : les statistiques disent qu’une infirmière tient sept ans à l’hôpital, elle a tenu quatre décennies. Une « héroïne du quotidien » dit la bande-annonce. Avec un visage rossellinien, clair, accueillant et la foi du service au public, du dévouement à l’autre, chevillée au corps. Sylvie Hofmann exerce comme infirmière cadre à l’hôpital Nord de Marseille, dans le service d’oncologie. Pas le moins exigeant. La grande souffrance, la mort qui rôde et qui prend…

Contrairement à ce qu’on croit, les soignants ne s’y habituent pas. « Je suis liquéfiée de l’intérieur », confesse Sylvie Hofmann. C’est la période du covid. Un autre service lui quémande une infirmière (elle accepte), des lits (elle refuse), elle-même requiert des blouses. Son équipe de soignantes est au diapason de leur encadrante. Des professionnelles, aussi portées par leur jeunesse et leur…

La suite est à lire sur: www.politis.fr
Auteur: Christophe Kantcheff