Malgré des progrès, il reste toujours à traduire la Déclaration sur les droits des autochtones dans les faits

Dennis Francis a appelé les dirigeants mondiaux et les ambassadeurs réunis dans la salle de l’Assemblée générale à être « un exemple de dialogue constructif pour honorer nos engagements envers les peuples autochtones », en ces temps « difficiles, où la paix est gravement menacée et où le dialogue et la diplomatie sont cruellement nécessaires ».

Les États membres se sont réunis pour commémorer le 10e anniversaire de la Conférence mondiale sur les peuples autochtones, au cours de laquelle les pays ont réaffirmé leur engagement à promouvoir et à protéger les droits des peuples autochtones.

Le document final soutient la mise en œuvre de la Déclaration historique des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, adoptée en 2007, qui prescrit des normes minimales pour la reconnaissance, la protection et la promotion de ces droits.

Pauvreté, inégalités et abus

M. Francis s’est penché sur les réalisations de l’ONU au cours de cette période, telles que le Programme de développement durable à l’horizon 2030, qui promet de ne laisser personne de côté, et la Décennie internationale des langues autochtones (2022-2032),qui vise à la fois à préserver ces langues et à protéger les cultures, les traditions, la sagesse et les connaissances autochtones.

« Malgré ces avancées, les peuples autochtones sont toujours plus susceptibles de vivre dans l’extrême pauvreté, de souffrir des effets néfastes du changement climatique, d’être dépossédés et expulsés de leurs terres ancestrales et d’avoir un accès inégal à la santé et à l’éducation, par rapport à d’autres groupes », a-t-il déclaré.

En outre, les femmes autochtones sont encore trois fois plus susceptibles d’être victimes de violences sexuelles au cours de leur vie que leurs homologues non autochtones.

« Nous devons intensifier nos actions pour traduire la déclaration historique des Nations Unies de 2007 en changements significatifs sur le terrain »,…

La suite est à lire sur: news.un.org
Auteur: Nations Unies FR