Marginalisation médiatique de Julian Assange : les œillères de France Inter

Tour à tour calomnié et ignoré, le journaliste Julian Assange ne bénéficie pas du large mouvement de solidarité que son statut de prisonnier politique et de héros de la liberté de la presse aurait dû faire naître. Dans quelle mesure les médias peuvent-ils être tenus pour responsables de la relative indifférence face à la persécution du fondateur de WikiLeaks par Washington ? Pour Fabienne Sintes de France Inter, les causes du manque d’intérêt ne sont pas à chercher de ce côté-là. Retour sur son interview (31 mai 2021) de la compagne et de l’avocat français de celui qui croupit dans une geôle londonienne en attendant une éventuelle extradition vers les États-Unis.

Ce jour-là, les soutiens français de Julian Assange n’en croient pas leurs oreilles. Stella Moris est à l’antenne de France Inter. Contrairement à la plupart des auditeurs, ce nom leur est familier. Avocate d’origine sud-africaine, membre de l’équipe de défense de Julian Assange, Stella Moris est également la compagne de celui-ci ; elle élève seule leurs deux jeunes enfants, son partenaire étant enfermé depuis plus de deux ans dans une prison de haute sécurité à Londres (après avoir été contraint de rester cloîtré pendant presque sept dans l’ambassade d’Équateur de la capitale britannique).

Fabienne Sintes, l’animatrice de l’émission « Un jour dans le monde », reçoit un second invité ce 31 mai : Antoine Vey, l’avocat français du journaliste traqué par Washington. Stella Moris et lui débutaient alors une série d’interventions publiques et médiatiques en France puis en Suisse pour essayer de sensibiliser l’opinion et les autorités au sort de Julian Assange, les démarches en vue d’obtenir l’asile politique ayant été infructueuses jusque-là.

Même s’il est fort tard pour se préoccuper de l’acharnement étatique contre le fondateur de WikiLeaks – il dure depuis dix ans –, il reste bienvenu que son cas soit évoqué sur la principale station du service public, a fortiori à une heure de grande écoute et pendant plus de vingt minutes. C’est en outre sans aucune hostilité que Fabienne Sintes reçoit Stella Moris et Antoine Vey. Mais, comme nous allons le voir, la campagne de dénigrement contre Julian Assange a laissé des traces… Et il se trouve que l’animatrice a elle-même contribué à ternir l’image du fondateur de WikiLeaks.

En introduction de l’émission, Fabienne Sintes annonce : « On vous rafraîchira la mémoire sur tout ça ». C’est-à-dire sur la situation de Julian…

La suite est à lire sur: www.acrimed.org
Auteur: Laurent Dauré Acrimed